Histoire des Thermes d’Ussat-Les-Bains

Ussat-Les-Bains au fil du temps…

Historique des Thermes dont les vertus ont marqué le temps.

anciens-thermes-ussat_2En lisant les anciennes notices médicales concernant Ussat-les-Bains, on constate que les auteurs étaient souvent persuadés que les populations gallo-romaines avaient exploité des thermes à cet endroit de la vallée de l’Ariège. Mais, si tel fut le cas, il faut constater qu’aucune vestige n’a subsisté jusqu’à nos jours et la plus grande prudence s’impose donc. Par contre il existe des documents écrits qui attestent d’une véritable fréquentation des lieux à des fins thérapeutiques au XVème siècle.

Le Dr. Ourgaud, à la fois médecin thermal et historien, a écrit en 1860 qu’au XVème siècle « on jeta sur la mare quelques abris de planches et on creusa graduellement un certain nombre de cuves garnies de lames d’ardoises »… Il existe un descriptif des bains d’Ussat, daté de 1771, qui précise notamment les difficultés à maintenir un niveau constant dans les baignoires. En 1807, le roi de Hollande Louis Napoléon Bonaparte (frère de Napoléon 1er et père de Napoléon III) vient faire la cure à Ussat. Atteint d’une « maladie grave qui lui interdisait la locomotion », il en repartit guéri… Grâce à ce « coup de pub » inespéré, des travaux d’agrandissement furent entrepris et on porta le nombre des baignoires de 18 à 26.

anciens-thermes-ussat_4Mais, dans les années 1830, le succès de la station fut compromis par des soucis d’alimentation de l’établissement en eau thermale. Le débit de celle-ci était trop faible pour le nombre de curistes traités. Le Ministère nomma donc en 1840 une commission scientifique composée de médecins, d’ingénieurs des Mines et du Maire de Pamiers, alors Président des Hospices, propriétaires des lieux. Sur les recommandations de cette commission, on se lança alors dans la construction d’un nouvel établissement, les « Thermes Fraxine » encore visibles aujourd’hui, laquelle ne prendra pas moins de quinze années… De surcoût en surcoût, l’opération s’élèvera à la somme de 400.000 francs, exorbitante pour l’époque… Appelé à la rescousse, car les problèmes d’alimentation n’avaient pas été résolus, l’ingénieur FRANCOIS fut à l’origine d’un système complexe de canaux alimentés par l’Ariège et destinés à réguler et améliorer le débit thermal. Ces travaux colossaux et très onéreux ne donnèrent jamais, hélas, les résultats escomptés…

Commença alors une longue période de léthargie pour l’établissement thermal. La station accueillait quand même un grand nombre d’estivants, de juin à septembre, qui venaient profiter de son air pur, de ses animations et de la fraîcheur du Parc. Malgré tout, les Hospices de Pamiers décidèrent de s’en défaire, et elle fut vendue en 1981 lors d’enchères « à la bougie »…

Tout au long de son histoire, la station thermale a connu de multiples déboires, mais cependant elle a toujours fini par les surmonter grâce à l’exceptionnelle qualité de ses eaux, et au bénéfice qu’en tirent les malades depuis si longtemps.